Pas besoin d’être pro-bio pour se rendre compte que la société civile s’intéresse de plus en plus à l’agriculture biologique. On voit fleurir de partout des magasins bio. La semaine des alternatives aux pesticides qui s’est déroulée en mars a mobilisé de nombreuses associations et a vu diverses initiatives ponctuelles se mettre en place. La condamnation de l’Etat à indemniser un agriculteur contaminé par les pesticides montre également l’évolution et la prise de conscience de la société civile face aux nuisances des pesticides. Rappelons les faits : le 22 mars 2015, la Cour d’appel de Nancy a condamné l’Etat, pour la première fois en France, à indemniser l’agriculteur céréalier Dominique Marchal, victime d’un cancer du sang, reconnu depuis 2006 comme une maladie provoquée par les pesticides et les herbicides. 

Bien que le constat général de la progression du secteur bio soit encourageant, il faut faire un parallèle entre les chiffres prometteurs et les réalités que peuvent cacher ce développement fulgurant.

 

Les idéaux défendus par les pionniers de l’agriculture bio se trouvent contrariés par les nouvelles formes de production. Le business et le capitalisme sont désormais présents sur le marché de la bio, à la conquête de la rentabilité coûte que coûte. On est loin de l’éthique initiale qui découlait d’une forme de production plus saine et respectueuse de notre environnement. La production de masse n’a que faire de la protection de nos sols, de la santé des êtres peuplant notre planète et de la sauvegarde de notre milieu.

On croule sous les poubelles ! Quelques chiffres…

Chaque seconde en France sont produits près de 28 tonnes de déchets, ce qui représente 868 millions de tonnes de déchets par an qu’il faut traiter, recycler, enfouir…

On estime aujourd’hui notre gestion des ordures à 10 milliards d’euros par an (pour 3.5 milliards en 1990), dont presque la moitié est directement payée de notre poche en taxe d’enlèvement.

Avant de manger du poisson, allez à la pêche aux informations

Si on n’y prête pas trop attention, le poisson est un aliment intéressant. Mais alors pourquoi les organismes environnementaux tirent la sonnette d’alarme alors que les nutritionnistes en vantent les bienfaits ? Car le poisson est aujourd’hui une ressource en danger. L’effondrement des stocks à cause de la surpêche est l’un des principaux problèmes écologiques actuels. Souvent issue de la pêche à grande échelle, les espèces disparaissent avant que soit assuré leur renouvellement. Malgré l’enjeu économique majeur de la pêche, il est de notre devoir, en tant que consomm’acteur, d’en limiter les dégâts et de la concilier avec le respect de la nature.

L’endive, souvent appelé chicon est une variété de chicorée sauvage. On ne la trouve pourtant pas à l’état naturel. Elle pousse sur des racines repiquées dans l’obscurité, l’humidité et la chaleur, c’est ce qu’on appelle la technique du forçage. La légende raconte que ce légume a été inventé par hasard en 1830 en Belgique par un paysan qui aurait voulu dissimuler sa récolte dans sa cave.

Dès mercredi 25 mars s’invitera dans notre rayon : DU POISSON FRAIS !

Nous avons sélectionné une entreprise fiable, LA HOULE, pouvant garantir notre approvisionnement en poisson frais issu de la pêche durable. 

Vous trouverez une gamme de poissons qui évoluera au grès des saisons et des pêcheries.

Lotte, Lieu Jaune, Sole, Cabillaud, Dorade ou encore raie ; autant de poissons que vous pourrez retrouver chez nous au rayon frais.

Inscription à la lettre d'information

S'abonner

Inscrivez vous à notre NEWSLETTER
et recevez notre actualité et nos dossiers

Ouvert 

du lundi au samedi
de 09h00 à 19h30

Téléphone:
04 67 87 05 88

 venir ...

 nous contacter ...

 

Facebook Twitter Google+ Autour.com

 
 

Les produits du mois

La farine de blé "Barbu de Lacaune"

Ce blé "Barbu de Lacaune", également appelé "Fitsut", est cultivé en agriculture biologique et moulu par Aimé Gautrand, paysan-meunier à Castelnau-de-Brassac (Tarn), en plein Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc.

Lire la suite...

Tidoo : des couches jetables plus écolos que les autres

Être parent est une aventure formidable, mais parfois, il faut bien l'avouer, c'est un peu une prise de tête. Alors quand on est écolo, les questions sont démultipliées : bien sûr, rien n'est trop beau pour la merveille qui va pointer le bout de son nez, on veut qu'elle ait le meilleur... mais aussi que cela cadre totalement avec les valeurs environnementales qui nous animent !

Lire la suite...