Pas besoin d’être pro-bio pour se rendre compte que la société civile s’intéresse de plus en plus à l’agriculture biologique. On voit fleurir de partout des magasins bio. La semaine des alternatives aux pesticides qui s’est déroulée en mars a mobilisé de nombreuses associations et a vu diverses initiatives ponctuelles se mettre en place. La condamnation de l’Etat à indemniser un agriculteur contaminé par les pesticides montre également l’évolution et la prise de conscience de la société civile face aux nuisances des pesticides. Rappelons les faits : le 22 mars 2015, la Cour d’appel de Nancy a condamné l’Etat, pour la première fois en France, à indemniser l’agriculteur céréalier Dominique Marchal, victime d’un cancer du sang, reconnu depuis 2006 comme une maladie provoquée par les pesticides et les herbicides. 

L’agriculteur a du prouver que les matières actives utilisées pour le traitement de ses céréales contenaient du benzène, un cancérigène avéré qui n’entrait pourtant pas dans la composition des produits phytosanitaires utilisés. L’Etat pourra par la suite se retourner contre les fabricants, l’absence de mention sur les emballages constituant un manquement à une obligation de sécurité. C’est une victoire pour l’association Phyto-victimes qui estime que cette décision « pourrait servir de jurisprudence dans des dossiers d’intoxication chronique aux produits phytosanitaires et permettrait d’ouvrir la voie à une reconnaissance de la responsabilité des firmes dans l’intoxication des agriculteurs ».

 

Rappelons que les pesticides sont responsables de nombreuses maladies graves telles que des malformations congénitales, des problèmes d’infertilité, ou encore des maladies neurologiques ou immunitaires. Malgré tout, la Francereste le 3ème utilisateur de pesticides après les Etats-Unis et le Japon.

 

L’évolution du marché bio en France et les tendances de consommation des français

 

L’Agence Française pour le Développement et la Promotion de l’Agriculture Biologique donne, suite à la conférence de presse qui s’est tenue le 22 mai dernier, les nouveaux chiffres sur l’évolution du marché bio en France.

 

La surface cultivée en bio et les productions biologiques : les chiffres

 

En 2014, la France dépasse désormais les 1,1 million d’hectares de terres cultivées en bio. Le nombre de fermes bio a progressé de 4% entre 2013 et 2014. Ce sont, au 15 mai 2015, près de 28 000 producteurs engagés en bio contre 26 478 fin 2014.

 

Pour l’ensemble des productions, la bio représente : 4,14% de la surface agricole utile et 5,6 %du nombre de fermes.

 

Le plan Ambition bio 2017 vise à doubler les surfaces cultivées en agriculture biologique à l’horizon 2017 pour les porter à au moins 2 millions d’hectares, soit 8 % de la surface agricole utile.

 

Plus de 7% de l’emploi agricole en France est destiné aux productions biologiques, les exploitations bio génèrent plus d’emplois que les conventionnelles.

 

La consommation de produits biologiques

 

La consommation de produits bio à domicile est estimée à 2,5 % du marché alimentaire total. Une part réduite en somme…

La part de marché des produits bio est plus ou moins importante suivant les secteurs. En valeur, elle est de près de 20 % s'agissant des œufs et de 12 % pour le lait. Elle est de l’ordre de 7 % pour les 14 fruits et légumes les plus consommés en France (hors agrumes).

La moitié des ventes en valeur de produits bio a été effectuée au rayon frais.

 

76 % des produits bio consommés en France proviennent de France.

 88 % des Français consomment des produits bio

62%   des Français consomment au moins un produit bio au moins une fois par mois

10%     des Français sont des « Bio-quotidiens », ils consomment au moins un produit bio par jour

23%     des Français sont des « Bio-hebdos », ils consomment au moins un produit bio par semaine

29%      des Français sont des « Bio-mensuels », ils consomment au moins un produit bio par mois

26%   des Français sont des « Bio-occasionnels », ils consomment bio de temps à autre

 

Source : Baromètre consommateur de l'Agence Bio

 

 

La contribution de Biocoop au succès de la bio

 

 

A travers son histoire et son modèle qui reste unique, Biocoop contribue au dynamisme d’un marché bio qui attire toujours plus de Français, et participe à ce comportement d’achat alimentaire. Avec une progression de 13,4% de son chiffre d’affaires en 2014, le réseau Biocoop poursuit ses actions en faveur des filières bio et équitables en France, avec la volonté de poursuivre son investissement dans l’économie sociale et solidaire, et de développer particulièrement le commerce équitable Nord-Nord.

Biocoop annonce, avec l’ouverture fin 2014 de son 357ème magasin bio, avoir franchi les 100 000 m²de surface de vente. Un chiffre qui témoigne de l’engagement de Biocoop pour la filière à exploiter toujours plus de terre en agriculture biologique.

Ainsi, ce sont l’équivalent de 100 000 hectaresbio qui sont cultivés sur l’hexagone pour Biocoop, une réponse aux attentes des Français dont la consommation bio augmente chaque jour en France.

 

L'étude de Biocoop sur les motivations des Français pour leurs achats alimentaires

 

Biocoop a dévoilé cette année, à l’occasion de sa 1ère  participation au Salon de l’Agriculture, les résultats de son étude sur le comportement des Français en matière d’achats alimentaires.

 

Cette enquête, réalisée par l’Institut d’études EasyPanel sur 1000 personnes, tente notamment d’identifier si les intentions des Français correspondent bien à leur consommation réelle, et quels sont aujourd’hui les principaux critères d’achat des Français au moment des courses.

 

Ce qu'il faut en retenir :

 

 

Un réseau toujours en plein développement. 357 magasins (dont 17 nouveaux) implantés sur tout le territoire maintiennent Biocoop à sa place de 1er réseau de magasins bio et équitables en France.


Inscription à la lettre d'information

S'abonner

Inscrivez vous à notre NEWSLETTER
et recevez notre actualité et nos dossiers

Ouvert 

du lundi au samedi
de 09h00 à 19h30

Téléphone:
04 67 87 05 88

 venir ...

 nous contacter ...

 

Facebook Twitter Google+ Autour.com

 
 

Les produits du mois

L'huile Omega+ de BioPlanète

Non seulement cette huile ravit les papilles, mais en plus elle nourrit les cellules ! Omega + pourrait presque être qualifiée d'huile précieuse tant elle est bénéfique pour la santé. Plus exactement, il s'agit d'un mélange d'huiles. Bio Planète en a choisi cinq dont les acides gras essentiels se complètent pour composer un équilibre parfait, riche en vitamine E et en acides gras essentiels.

Et en plus, elle est très savoureuse, car en composant Omega +, Bio Planète a tenu compte des critères organoleptiques de chacune des cinq huiles pour obtenir une saveur très agréable.

La base de ce mélange c'est l'huile de tournesol oléique désodorisée, réputée pour sa richesse en vitamine E. L'huile de colza et l'huile de cameline vierges apportent les acides gras alpha-linolénique (oméga 3) qui sont indispensables à notre santé mais que notre corps ne peut fabriquer seul. Il nous faut donc en absorber chaque jour ! L'huile de sésame vierge, riche en anti-oxydants naturels et en omega 6, a une saveur très intéressante. Et puis bien sûr, impossible de se passer de l'huile d'olive vierge extra, qu'on ne présente plus !

Lire la suite...

Noiseraie Productions : pâtes à tartiner pour gourmands

Les pâtes à tartiner de l'Ecureuil, c'est la marque donnée à toutes les délicieuses productions artisanales qui sortent des chaudrons de la société Noiseraie productions. Installée depuis plus de vingt ans au coeur du parc régional de la Brenne, dans le Berry (Indre), elle s'était d'abord fait une spécialité de pralinés artisanaux, cuits au poêlon, destinés aux pâtissiers chocolatiers, c'est vous dire leur savoir-faire ! Dans les années 2000 la société familiale s'est lancée dans la pâte à tartiner bio, à base de noisettes et de cacao.

Lire la suite...