On croule sous les poubelles ! Quelques chiffres…

Chaque seconde en France sont produits près de 28 tonnes de déchets, ce qui représente 868 millions de tonnes de déchets par an qu’il faut traiter, recycler, enfouir…

On estime aujourd’hui notre gestion des ordures à 10 milliards d’euros par an (pour 3.5 milliards en 1990), dont presque la moitié est directement payée de notre poche en taxe d’enlèvement.

La France n’est pas exemplaire en termes de recyclage. D’après le récent rapport de l’AEE (Agence européenne pour l’environnement) plusieurs pays recyclent plus de 50% du volume d’ordures ménagères qu’ils produisent : l’Autriche et l’Allemagne sont en tête avec respectivement 63 % et 62%, ils sont suivis de la Belgique avec 58 %, puis des Pays-Bas et de la Suisse, à égalité à 51 %. Avec seulement 37 % de recyclage, la France est loin derrière, à peine dans la moyenne européenne estimée à 40 %. Tout de même, le recyclage en France permet d’éviter chaque année l’émission de 1.8 millions de tonnes de CO2, ce qui représente l’équivalent de 800 000 voitures en moins sur les routes.

En moyenne, un français produit 590kg de déchets par an. La production des déchets des ménages augmente depuis plusieurs années : entre 2004 et 2006, ils avaient progressé de 4,2 % alors que la population n’a augmenté que de 1,2% sur la même période.

Tous ces déchets, qu’est-ce qu’on en fait ?

Les déchets en France empruntent différents canaux : 30% sont incinérés, 36% se retrouvent à la décharge, 20 % seront recyclés et seulement 14% sont traités de manière organique (compostage ou méthanisation). En 2003, on évaluait le taux de recyclage des emballages à 44% (en comprenant les ordures ménagères et industrielles). Mais attention, recyclable ne signifie pas recyclés ! Un produit peut porter le logo recyclable sans pourtant être recyclé. Le logo recyclable est présent sur 95% des emballages, il indique que l’entreprise cotise au programme Eco-Emballage, mais en aucun cas que le produit sera recyclé !

 

Et les magasins Biocoop face au suremballage ?

Nous luttons au quotidien contre le suremballage avec la politique des 3R :

• Réduire • Réutiliser • Recycler •

 

Nous développons les produits en vrac et analysons l’impact environnemental des emballages. PVC et polycarbonates sont refusés, les phtalates sont évités au maximum.

 

Cet engagement se met en œuvre à chaque étape de la vie du produit.

 

Au moment du référencement :

Nous demandons à tous nos fournisseurs de réduire les emballages en refusant le suremballage, en priorisant les emballages les moins impactants pour l’environnement.

A impact environnemental  et service équivalent, nous privilégions les mono-matériaux ou les emballages séparables (comme par exemple les yaourts dont le carton et le pot plastique sont séparables). De cette manière, le recyclage est facilité.

Nous vérifions la composition de chaque système d’emballage (c’est-à-dire l’emballage du produit, et le colis servant à les transporter) référencé, aussi bien en termes de poids et nature des matériaux qu’en terme d’innocuité.

Dans les produits que nous vendons :

Le vrac sec permet de réduire la quantité d’emballage utilisé de deux manières :

En permettant à nos fournisseurs d’utiliser moins d’emballages pour des quantités de produits équivalents, et plus de papiers et cartons que de plastiques. En vous permettant d’acheter vos produits secs dans des sacs papiers plutôt que des sacs plastiques.

Par exemple : pour 1 kg de farine achetée : c’est 32g d’emballages/kg en pré-emballé, contre 15g en vrac. Dans les deux cas, il s’agit de papiers/cartons.

 

Le vrac liquide non-alimentaire vous permet de réutiliser vos flacons plusieurs fois en venant les recharger en magasins. Plus vous l’utilisez, plus vous optimisez cet emballage d’origine fossile pour lequel nous n’avons pas encore trouvé de meilleure alternative.

Je fonce sur les produits en vrac et les grands conditionnements !

Les produits en vrac, c’est moins de suremballage et c’est jusqu’à 30 % moins cher qu’en paquets. Riz, pâtes, lentilles, amandes, café, sucre et même biscuits…Chacun se sert la quantité dont il a vraiment besoin ! Pensez-y pour tester de nouveaux produits : une poignée de millet, c’est juste ce qu’il faut pour essayer !

Pensez aussi aux produits en grands conditionnements, moins chers au kilo. Pratique pour les produits de base : riz ou farine en sac de 5 kg, huile d’olive en bidon de 3 L ou encore shampooing en flacon d’1 L…

Je consomme au-tre-ment !

Pour lutter contre la pollution environnementale et limiter la masse de déchets d’emballage, Biocoop propose aux consommateurs de nombreux produits en vrac :

 

biscuits pâtes & riz lessives
céréales et graines couscous argile
fruits secs légumes secs encens
farines sucres & sels savons
chocolat mueslis etc...

 

Pour les porter, des sacs en papier kraft non blanchis, imprimés avec des encres à l’eau. Les colles et encres sont sans solvants.

Au-delà de l’intérêt environnemental, ce système permet au consommateur de  bénéficier de prix plus attractifs que sur les même produits proposés en conditionné et de limiter le gaspillage alimentaire en ne prenant que la stricte dose nécessaire.

 

Pour faciliter la démarche de réduction des déchets, le magasin Biocoop l’aile du papillon a élargi sa gamme en libre service. Les magasins Biocoop comptent parmi les pionniers dans la vente de produits en vrac avec près de 300 produits proposés. Une attention particulière est portée à leur origine et leur composition. Plusieurs produits proviennent d’exploitations françaises (céréales petit déjeuner, légumes secs…) partenaires d’une démarche commune de commerce équitable Nord-Nord : la démarche « ensemble ».

 

Chacun a son rôle à jouer ! Alors ensemble, réduisons vite nos déchets avant que ça ne déborde !

 
 
 
 

Inscription à la lettre d'information

S'abonner

Inscrivez vous à notre NEWSLETTER
et recevez notre actualité et nos dossiers

Ouvert 

du lundi au samedi
de 09h00 à 19h30

Téléphone:
04 67 87 05 88

 venir ...

 nous contacter ...

 

Facebook Twitter Google+ Autour.com

 
 

Les produits du mois

L'huile Omega+ de BioPlanète

Non seulement cette huile ravit les papilles, mais en plus elle nourrit les cellules ! Omega + pourrait presque être qualifiée d'huile précieuse tant elle est bénéfique pour la santé. Plus exactement, il s'agit d'un mélange d'huiles. Bio Planète en a choisi cinq dont les acides gras essentiels se complètent pour composer un équilibre parfait, riche en vitamine E et en acides gras essentiels.

Et en plus, elle est très savoureuse, car en composant Omega +, Bio Planète a tenu compte des critères organoleptiques de chacune des cinq huiles pour obtenir une saveur très agréable.

La base de ce mélange c'est l'huile de tournesol oléique désodorisée, réputée pour sa richesse en vitamine E. L'huile de colza et l'huile de cameline vierges apportent les acides gras alpha-linolénique (oméga 3) qui sont indispensables à notre santé mais que notre corps ne peut fabriquer seul. Il nous faut donc en absorber chaque jour ! L'huile de sésame vierge, riche en anti-oxydants naturels et en omega 6, a une saveur très intéressante. Et puis bien sûr, impossible de se passer de l'huile d'olive vierge extra, qu'on ne présente plus !

Lire la suite...

Noiseraie Productions : pâtes à tartiner pour gourmands

Les pâtes à tartiner de l'Ecureuil, c'est la marque donnée à toutes les délicieuses productions artisanales qui sortent des chaudrons de la société Noiseraie productions. Installée depuis plus de vingt ans au coeur du parc régional de la Brenne, dans le Berry (Indre), elle s'était d'abord fait une spécialité de pralinés artisanaux, cuits au poêlon, destinés aux pâtissiers chocolatiers, c'est vous dire leur savoir-faire ! Dans les années 2000 la société familiale s'est lancée dans la pâte à tartiner bio, à base de noisettes et de cacao.

Lire la suite...