La viticulture bio, c'est quoi?

Le vin bio est produit dans le respect du règlement européen, notamment la non utilisation de produits chimiques de synthèse et d'OGM. La reconversion des vignes conventionnelles en vignes biologiques est un long processus qui dure 3 ans.

<< retour


Depuis mars 2012, le terme bio s'applique non seulement au raisin mais également au vin (limitation du taux de soufre ajouté). Ainsi, depuis 2012, les récoltes bénéficient de la mention Vin biologique (et non plus "vin issu de raisins biologiques"). Les cahiers des charges privés, tels que FNIVAB, DEMETER (biodynamie), Nature&Progrès servent également de repères qualitatifs pour Biocoop dans ses référencements. 

La viticulture bio, un secteur dynamique

La part du vignoble national bio s'élève à 6.1% pour une part des surfaces agricoles nationales en bio de 3.1%. Entre 2007 et 2010, le nombre des exploitations viticoles bio a doublé et est passé de 1907 exploitations à 3945 en 2010. C'est dans les régions Languedoc-Roussillon, PACA et Aquitaine que l'on trouve plus des 2/3 des surfaces viticoles bio françaises. 

En 2010, le vin issu de raisin bio représentait 10% de la valeur des ventes des produits bio en France. Les ventes de vin bio ont progressé de 70% en 4 ans.

La viticulture intensive et les pesticides

Avec 783 milliers d'hectares pour la vigne en 2011, cette culture représente 3.7% de la surface agricole utile (SAU) mais elle consomme à elle seule environ 20% de la masse des pesticides, dont une majorité de fongicides (80%).

L'Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) dans le cadre du volet Recherche et Développement d'Ecophyto (Ecophyto R&D : quelles voies pour réduire l'usage des pesticides, tomeIII : analyse comparative de différents systèmes en viticulture), compare les différents systèmes de culture, du plus intensif chimiquement (niveau0) au mode de production en agriculture biologique (niveau3), en passant par l'agriculture raisonnée (2) et la production intégrée (2). Les résultats sont sans appel. L'Indicateur de Fréquence de Traitement moyen ou IFT (qui permet de mesurer le nombre de fois où l'agriculteur a traité son champ avec des pesticides) est considérablement plus important dans le système 0 que dans le 3. En agriculture intensive, on pulvérise les parcelles 21.3 fois par an en moyenne contre seulement 9.4 fois en viticulture biologique.

Outre cet indicateur de fréquence de pulvérisation, il faut aussi tenir compte du type de produits utilisés. Plus de 1100 spécialités commerciales et près de 140 substances chimiques différentes sont autorisées en viticulture intensive dont des perturbateurs endocriniens comme l'aminotriazole, le deltamethrine, le diméthoate, des cancérigènes possibles comme le cyproconazole, le mancozèbe ou encore le manèbe qui est aussi un perturbateur endocrinien certain. 

En agriculture biologique, ces produits de synthèse ne sont évidemment pas autorisés.

Pesticides, viticulture et santé

L'utilisation de toutes ces substances towiques a de lourdes conséquences sur la santé des personnes exposées, les viticulteurs en première ligne. 
Selon les données du réseau Phyt'Attitude, la viticulture est le deuxième secteur le plus exposé avec près de 22% des cas déclarés de pathologie liée aux pesticides. 

Générations Futures a mené une enquête nommée APACHE durant l'automne 2012 chez des salariés viticoles et des riverains vivant au coeur du vignoble bordelais.
Les résultats de cette enquête son préoccupants, et démontrent notamment que :
 - 74% des pesticides actuellement autorisés sur la vigne et recherchés ont été retrouvés au moins une fois dans les cheveux des personnes testées.
 - on retrouve 11 fois plus de résidus de pesticides en moyenne chez les salariés viticoles que chez les non professionnels habitant loin des vignes.

Au niveau de la Biocoop du Crès, plusieurs viticulteurs avec qui nous travaillons se sont convertis à l'agriculture biologique suite à des ennuis de santé probablement liés à l'utilisation et la manipulation de substances chimiques.

Les choix de Biocoop

Cultivés sans pesticides de synthèse, nos vins bios sont sélectionnés par une commission composée de représentants de divers magasins et d'expert des services Biocoop.

Les critères de Biocoop :
 - Tous nos vins sont certifiés bio à compter du millésime 2012 ou issus de raisins bio pour les millésimes antérieurs.
 - Une attention particulière est portée sur des démarches de production et de vinification exigeantes : Biodynamie, Nature et Progrès, Biocohérence...
 - Le mode de vendange manuel est priorisé par rapport à une vendange mécanique.
 - La réglementation sur la vinification exige que les additifs (levures et/ou enzymes) d'origine agricole soient 100% bio (raisins, sucre, alcool, moûts concentrés rectifiés)? Biocoop privilégie les vins qui n'en contiennent pas et préfère des méthodes de fermentation et clarification naturelles.

Soufre et vins bio

Le soufre et les sulfites sont des additifs de vinification qui inhibent (ou tuent) les bactéries indésirables et protègent le vin de l'oxydation. Ils sont donc très utiles à la fermentation mais certaines personnes y sont allergiques ou ne tolèrent que de très petites quantités (responsable de maux de tête, ou de crise d'asthme).

Les vins de la Fête des Vins sélectionnés par Biocoop contiennent un taux de soufre ajouté inférieur aux quantités maximum tolérées, exemple ci-dessous.


Inscription à la lettre d'information

S'abonner

Inscrivez vous à notre NEWSLETTER
et recevez notre actualité et nos dossiers

Ouvert 

du lundi au samedi
de 09h00 à 19h30

Téléphone:
04 67 87 05 88

 venir ...

 nous contacter ...

 

Facebook Twitter Google+ Autour.com

 
 

Les produits du mois

La farine de blé "Barbu de Lacaune"

Ce blé "Barbu de Lacaune", également appelé "Fitsut", est cultivé en agriculture biologique et moulu par Aimé Gautrand, paysan-meunier à Castelnau-de-Brassac (Tarn), en plein Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc.

Lire la suite...

Tidoo : des couches jetables plus écolos que les autres

Être parent est une aventure formidable, mais parfois, il faut bien l'avouer, c'est un peu une prise de tête. Alors quand on est écolo, les questions sont démultipliées : bien sûr, rien n'est trop beau pour la merveille qui va pointer le bout de son nez, on veut qu'elle ait le meilleur... mais aussi que cela cadre totalement avec les valeurs environnementales qui nous animent !

Lire la suite...